Quels points peut-on réaliser avec une surjeteuse ?

La surjeteuse est réputée pour offrir des points de couture aux finitions impeccables. Idéale pour obtenir des confections dignes du prêt-à-porter, cette machine permet d’obtenir des œuvres de qualité et qui tiennent dans le temps. Elle devient indispensable à toute couturière qui souhaite réaliser du travail de haute précision. Découvrez avec nous un léger tour d’horizon des points à réaliser avec cette machine a coudre.

Les types de points accessibles avec une surjeteuse

Comme la machine vous propose d’innombrables points de couture, découvrez avec nous les essentiels que toutes bonnes couturières doivent apprendre et doivent maitriser :

Le point à 4 fils ou à 5 fils

Cette pratique est très sollicitée en raison de sa praticité élevée. Elle coud et surfile les bords du vêtement en même temps. 4 ou 5 fils doivent être attachés sur les bobines. Si vous ne savez pas à quoi ce résultat ressemble, vous pouvez vérifier sur vos T-shirts et tous les vêtements conçus en industriel. Cette approche est également privilégiée sur des tissus stretch comme le jersey par exemple.

Le point de surjet double

Celle-ci convient pour les finitions en général. Elle s’utilise dans de nombreuses circonstances comme faire un simple ourlet, solidifier les bords de coutures, réaliser le piquage des coutures à plat… Elle cadre dans le surfilage sans le besoin d’assembler des pièces ensemble.

Certains professionnels emploient également les 3 fils pour concevoir ce genre de tâche. Les deux méthodes se rapprochent beaucoup.

L’ourlet roulotté

Ce procédé demande le recours de 2 ou 3 fils. Vous le connaitrez peut-être sous la dénomination commode de « ourlet de finition ». Son principe part de l’enroulement vers l’intérieur du bord du tissu en le fixant avec un point bourdon. Avec cette approche, la couturière récupère le maximum de tissu, mais bénéficie tout de même d’une finition élevée.

Le rendu final n’est pas identique pour les 2 et les 3 fils. Pour le premier, la couture est la même des deux côtés. Tandis que pour le second, le résultat est différent sur l’envers et l’endroit du vêtement.

Le flatlock

Cette démarche s’associe aux coutures à plat. Seulement, sa confection demande à ce que vous écartiez au plus le tranchant de la surjeteuse pour éviter de couper le tissu. Elle est efficace pour relier deux pièces bord à bord. Elle offre un joli rendu idéal pour une couture décorative. En général, vous le retrouvez sur les foulards, sur les volants des robes ou sur le corsage. 

Que de points qui fournissent un travail impeccable sur tous les types de tissus

L’avantage majeur de cet instrument réside dans sa capacité à travailler tous les types de tissus. Vous n’aurez aucun mal à traiter les linges épais comme la laine, le broché, le chiné et le feutré… avec les points appropriés.

Idéale pour la maille stretch

La machine propose un point surjet approprié à la réalisation de la maille stretch. Ce genre de piqure s’étire avec le tissu. Cela le rend indispensable sur les T-shirts et tous les vêtements de sport ou encore sur les habits conçus à partir de toile polaire. Le principe se fond sur un surfilage des rebords surpiqués à l’intérieur. En tant que couturière, vous remarquerez la tendance de ces tissus à s’effiler lorsque vous les cousez avec une machine classique.

Au bout de quelques jours, le vêtement s’effiloche de partout. Il perd de sa qualité puisque ses coutures ne tiennent pas. Mais, avec une surjeteuse, celles-ci affichent une plus haute résistance aux traitements de chocs, aux sueurs et aux lavages intensifs.

Une meilleure finition sur les coutures

Le recours à la surjeteuse permet d’affiner et de soigner la confection en général. Chez certaines marques, le surjet est obligatoire et sert à traiter les bordures de la coupe pour leur assurer une plus forte résistance. 

La machine révise également les parties overlock de la maille de l’habit pour garantir le contrôle des surplus de coutures. Comme à son habitude, les tissus spécifiques au sportwear et aux tenus pratiques de tous les jours ont tendance à se gondoler avec le mauvais choix de point. Mais, l’usage de la surjeteuse résout ce problème et affine la finition.

Très indiqué pour les habits en étoffe tissée

Les piqures proposées par la surjeteuse vous permettent d’assembler n’importe quel type de tissu, et même ceux des plus indomptables. En un seul passage sur la machine, vous obtenez un résultat fulgurant. L’étoffe tient et la couture affiche une haute résistance grâce à un point à 4 ou à 5 fils.

Vous remarquerez également qu’il ne reste plus de surplus de coutures. La machine s’assure de les recouper nettement. Le tout sera assemblé avec un point overlock pour offrir un intérieur doux, peu encombrant et solide.

Pratique pour traiter les tissus glissants

Ces types de tissus donnent du fil à retordre à tous les couturiers. Avec la prépondérance de la mode moulante, les vêtements près du corps et élastiques envahissent le marché. Il y a aussi les tissus en voile et les sequins. Les clients montrent un fort penchant pour ces différents styles et vous obligent à vous accommoder avec ces genres de linge.

Mais, rassurez-vous, la surjeteuse vous permet de manier les tissus les plus difficiles à coudre. Sans grands efforts, vous n’aurez pas du mal à réaliser votre œuvre à la perfection. La machine offre un maintien optimal de l’alignement. Vous obtiendrez un travail de couture affiné et uniforme, avec des épaisseurs régulières et sans gondolement.

De circonstance pour traiter les cas délicats

La plupart d’entre nous ont tendance à négliger les compétences d’une surjeteuse lors que celle-ci est capable d’assembler tous les tissus : épais au plus délicats. C’est l’appareil efficace à employer pour confectionner la lingerie et les tops fabriqués à partir de tissus légers.

Cette machine permet également de réaliser de la coupe savante (pour les vestes et les pantalons) ou les découpes fantaisies qui donnent plus de détail aux styles. Aptes à effectuer 1 500 points de couture en une minute, les coutures de surjet permettent d’assembler les pièces, de couper les surplus et de solidifier les bords bruts.               

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *